Moringa oleifera

Bien que répandu au Rwanda, Moringa n’a pas de nom Kinyarwanda ou Kirundi spécifique. En Français cet arbre est appelé Moringa ; Ben-ailé, Moloko, Maloko (Guadeloupe) Benzolive, Ben oléifère, Arbre radis du cheval ; en Anglais, Moringa, Drumstick tree, Horseradish tree : en Hindi : Munaga, Munga ara, Sahijna, Sarinjna, Segra, Shajmah, Shajna ; en Sanskrit : Sigru Shobhanjan, Sobhan jana, Shobanjana, Danshamula.

Propriétés

Les données des recherches contemporaines permettent d’avancer que Moringa est avant tout une excellente plante adaptogène particulièrement utile pour prévenir ce qu’on appelle « les maladies de civilisation » : cancer, maladies cardiovasculaires, maladies inflammatoires chroniques. Elle serait probablement plus puissante que le thé vert d’un point de vue protection de la santé.

Les résultats des chimique phytochimiques ont montré que les feuilles de Moringa oleifera sont riches en stérols et triterpènes (terpénoïdes), caroténoïdes, acides aminés essentiels, flavonoïdes, tanins, sucres et fibres.

Les terpènoïdes contenus dans la plante sont potentiellement doués de propriétés anti-inflammatoires, antimycosiques et parfois analgésiques.
Les flavonoïdes, de par leurs activités antiradicalaires et chélatantes, sont doués de propriétés antioxydantes, antihypercholestérolémiantes, anti-aggrégant plaquettaire.
Les tanins sont des antimicrobiens, des antifongiques.

La présence de ces principes chimiques dans les feuilles de M. oleifera, pourrait justifier leur utilisation surtout dans la prévention des maladies cardiovasculaires et d’autres pathologies (hépatites, ulcères…) et la prise en charge de nombreuses infections.

Les résultats ont également montré que les feuilles de Moringa oleifera renferment de fortes teneur en Calcium, du Potassium, du Magnesium, du Phosphore, du Fer, du Zinc, du Cuivre et du Manganèse. Le magnésium, le fer, le cuivre, le zinc sont des minéraux qui stimulent le système immunitaire. La consommation des feuilles de Moringa qui contiennent une quantité non négligeable de ces oligo-éléments contribue à renforcer le système immunitaire et donc la capacité de résister aux infections.

Les feuilles de Moringa oleifera contiennent les vitamines A (39mg/100g de matière sèche) et du β-carotène qui est une provitamine A, des vitamines B1 (3,10 mg/100g mat.sèche) , B2 (10,2 mg/100g mat.sèche) et la vitamine C (210 mg/100).

Les besoins en vitamines A pour un adulte de 70 Kg, sont estimées à 1 000 μg/j ce qui signifie que 20 grammes de l’échantillon étudié, pourraient couvrir les besoins journaliers en vitamine A d’un homme de 70 kg (20 grammes contiennent 67 80 μg de β-carotène = 1 130 μg de vitamine A).

Les besoins journaliers en vitamine C variant entre 40 à 90 mg par jour, 20 grammes de l’échantillon, pourraient couvrir les besoins journaliers d’un adulte de 70kg.

Pour une femme allaitante, l’OMS et la FAO recommandent comme ration quotidienne : 5,7mg de vitamine A ; 1,6mg de vitamine B1 ; 1,8mg de vitamine B2 et 95mg de vitamine C (Fuglie, 2001).

L’avantage de la consommation de feuilles fraîches réside dans la préservation de leur teneur en vitamines.

En revanche, des études ont montré que le décocté de feuilles sèches est puissamment antibactérien. Ces résultats montrent que consommées sous forme de décocté (préparées dans la sauce), les feuilles de Moringa sont plus efficaces contre les bactéries que quand elles sont consommées à l’état frais. Le décocté serait également très efficaces contre Candida albicans.

Principales indications traditionnelles

Contrairement à ce qu’un marketing outrancier martèle Moringa oleifera n’est pas une plante miracle qui soigne toutes les maladies, mais c’est une plante qui contribue à rester en bonne santé le plus longtemps possible. À ce titre Les feuilles de Moringa peuvent être intégrées d’une manière régulière sous forme de poudre dans la nourriture, sous forme de thé des feuilles.

Traduire »